Archives mensuelles : mai 2016

pause surréaliste 14

avec la patience du diable la tortue sanguine des îles flottantes de l’Océanie attend l’aurore pour disposer malicieusement sa douzaine d’œufs bouillonnante sous un lit de sable vanillé sur lequel se prélassent des amandes caramélisées par le feu ardent de l’astre diurne qui ce jour-là a rendez-vous avec la lune rouge écrevisse pêchée dans les eaux troubles des songes amers où nage furtivement la murène cosmopolite qui envie l’homme-grenouille qui veut se faire aussi gros que le bœuf mais dépassé d’une courte tête par les événements l’homme qui a des grenouilles vert clair à pois rouges dans le ventre et des cadavres exquis chamarrés gonfle d’insolence d’insomnie et de souvenirs émus puis se mue en chasseur-cueilleur de champignons hallucinogènes engloutis en un éclair par la tortue psychédélique qui admire le ciel et s’extasie devant la formation d’un nuage de lait de coco chanel dont la petite robe noire jaillit de la machine à coudre avec parapluies de Cherbourg pour les demoiselles de Rochefort qui ne comprennent qu’à demi-mot la mise en scène occulte d’un Dionysos en train à grande vitesse d’ériger un tétracontagone à quarante sommets enneigés injustement inaccessibles aux heures de pointe et d’embouteillage de vin de grand cru récolté sous une lune rouge écrevisse pêchée lors de la grande marée du siècle de l’infini sevrage

Bernard B

pause surréaliste 13

depuis la nuit des temps le vieil homme et l’enfant observent la migration de l’ours blanc bipolaire de rien n’y comprendre et l’air de perdre le Nord et la raison pour laquelle la banquise n’est plus son exquise demeure un jour ou l’autre car l’avenir de l’ours blanc crème fouettée par les crimes climatiques rétrécit comme une peau de chagrin sous la voûte étoilée au centre de laquelle la Grande Ourse si fébrile a besoin à toute heure d’un défibrillateur afin que les pulsations aphrodisiaques du Grand Chariot dépassent le rythme subliminal du troisième mouvement des quatre saisons de Vivaldi car c’est la saison blanche et sèche qui amène les migrants à quitter bon gré mal gré le rivage des Syrtes à l’aide de leurs rêves pneumatiques gonflés à l’espoir aérien que pour espérer jouir du réchauffement empathique du cœur de l’homo habilis dont le visage en trompe-l’œil et l’expression empreinte de faux-semblants s’accordent pour créer l’illusion du mouvement perpétuel des étoiles de mer de glace que le vieil homme admire pendant que l’enfant au regard vitreux fond en larmes de verre qui se brisent en mille éclats stellaires que respire l’ours en peluche de propylène à repriser l’étoffe meurtrie de la banquise

Bernard B