pause surréaliste – saison 2 (IV)

d’un aéronef à voile aux couleurs de l’arc-en-ciel l’intrépide amazone de turbulence saute sur son cheval ailé puis tombe de haut quand elle atterrit au Zadiland qu’elle parcourt de long en large et de haut en bas en passant par les quatre coins d’une vaste pièce de théâtre de rue à sens unique en son genre d’une rue à sens interdit d’interdire de cultiver son jardin au cœur d’une zone à défendre la place du peuple au cœur d’une zone à fendre du bois pour chauffer l’eau du bain-marie bouillant durant d’interminables nanosecondes au cœur d’une zone à désirer la sobriété monacale d’un vol de macareux sous une pluie de perles du Japon médiéval où les sept samouraïs de Kurosawa engloutissent des financiers leurs parachutes dorés et paradis fiscaux avec pendant que l’amazone d’influence laisse frémir à feu doux la révolution des utopies libertaires en remuant à l’infini jusqu’à ce qu’une crème brûlée d’étoiles de mer de java des bombes atomiques embrase une mousse glacée d’étoiles filantes au crépuscule des idoles enfin repues

Bernard B

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s